De retour du Sri Lanka…

Titre_article

De retour du Sri Lanka…
Éductour. Par Thierry.

J’ai découvert le Sri Lanka ex Ceylan au cours d’un circuit réservé aux professionnels et organisé conjointement par le tour-opérateur spécialiste Turquoise TO et la compagnie Qatar Airways. Ce fût une étonnante surprise. Rarement, une île ne m’avait tant envouté par la pluralité et la qualité de ses centres d’intérêts : une immense richesse culturelle (8 sites au Patrimoine mondial) composée de temples encore authentiques et enfouis dans la jungle, une nature exubérante entre montagnes, rizières, plantation de thé et parcs nationaux (au nombre de 13), une architecture coloniale, des influences multi religieuses (chrétienne, hindouiste, musulmane ou bouddhiste suivant les régions) et une population très avenante. Bref, le Sri Lanka est tout cela à la fois sur une île de seulement 435 Km de long et 225 de large. Retour en image sur cet éductour…

Avant de vous raconter en détails ce voyage, je vous propose une présentation des principaux points forts de la destination qui font du Sri Lanka un véritable concentré d’Asie.

Une étonnante diversité culturelle liée à l’histoire

Le Sri Lanka est une île de taille moyenne, située à quelques encablures de l’imposante péninsule Indienne. Le Nord du Sri Lanka n’est en effet qu’à 31 Km de l’extrémité Sud de l’Inde. Une proximité qui a toute son importance dans l’histoire de l’île qui a vu des invasions tamoules successives.

Localisation du Sri Lanka à l'extrémité Sud de l'Inde

Localisation du Sri Lanka à l’extrémité Sud de l’Inde

Le fondateur de la race singhalaise n’est autre qu’un prince venant d’un royaume du Nord-Ouest de l’Inde vers 483 av. JC, le jour de la mort du Bouddha. Les arrivants ne trouvèrent guère à Lanka que des tribus primitives, vivant dans les montagnes et les forêts. Ils apportèrent avec eux leur langue, la religion brahmanique (l’hindouisme ancien), des connaissances réelles de l’agriculture et un esprit d’entreprise. L’hindouisme va laisser place au Bouddhisme 200 ans plus tard grâce à au roi singhalais Dewanampiya Tissa qui se convertit lui-même et convertit tout le pays.

s3a5ipoj

Temple hindou sur la route entre Kandy et Passikudah

Puis c’est au tour des Portugais  en 1505 de coloniser l’île (avec la construction de forts dont celui de Galle) et d’asseoir leur religion catholique romaine qui devra cohabiter un peu plus tard avec le protestantisme des Hollandais qui chassent les portugais en 1639. Les hollandais, excellents commerçants développèrent les villes, bâtirent d’innombrables édifices, creusèrent des canaux, tracèrent des routes…

Église contemporaine

Église contemporaine

La suprématie des Hollandais dura jusqu’au début du XIXème siècle. Les Anglais, installés dans l’Inde voisine, s’intéressèrent vivement à leur tour au Sri Lanka dont ils devinrent les maîtres en 1815. Les Britanniques développèrent considérablement l’agriculture avec l’introduction des cultures d’hévéa, de café et bien sûr de thé. Ils équipèrent également le pays de nouvelles routes et du chemin de fer.

Statue de Bouddha à Pinnawala

Statue de Bouddha à Pinnawala

Ce raccourci historique a pour but de montrer les multiples influences culturelles et religieuses qu’à subit l’île de Sri Lanka. Il en ressort une incroyable diversité des sites culturels (temples hindouistes et bouddhistes principalement mais également églises et mosquées) sur cette île qui a toujours été une terre d’accueil où les civilisations se croisent et s’entrecroisent.  La population d’aujourd’hui est à l’image de l’histoire du pays : un melting pot entre bouddhistes (70 % de la population), hindouistes (15 %), musulmans (8 %) et chrétiens (7 %).

Une extrême diversité géographique

Le Sri Lanka est une île qui présente une extraordinaire diversité de paysages avec un littoral bordé de milliers de cocotiers, des plaines fertiles où la jungle dense alterne avec des rizières et des montagnes imposantes, entaillées de profondes vallées offrant des paysages grandioses. Le tout sur une île de seulement 66 000 Km² représentant un dixième de la France.

e5aliz4p

Paysage de montagnes. L’une des nombreuses cascades qui ornent les montagnes du centre de l’île.

La flore comprend environ 300 espèces indigènes dont près d’un tiers ne se trouverait nulle part ailleurs dans le monde. En plus d’une nature exubérante, celle-ci abrite plus d’espèces d’oiseaux (419 espèces), de reptiles et d’amphibiens (200), de grands mammifères (89), d’insectes que l’Europe et l’Inde réunis !

map-park-reserves

Les différentes réserves et parcs nationaux du Sri Lanka


30 % du territoire du Sri Lanka est couvert par la jungle endémique.
Ou plutôt les jungles : jungles tropicales humides ou semi-humides dans les plaines (où a d’ailleurs été tourné le célèbre film le Pont de la Rivière Kwai), savane sèche du sud-est (qui ressemble par endroit à des paysages tanzaniens) ou mangroves marécageuses sur la côte Sud.

P1040108

Paysage de jungle tropicale. L’un des nombreux torrents qui descend de la montagne, ici à Pinnawala.

Les jungles protégées du Sri Lanka (avec 13 Parcs Nationaux) abritent léopards, éléphants, cerfs, singes mais également chats sauvages, nuées de paons, varans géants et même une variété d’ours !

L'éléphant reste l'animal roi du Sri Lanka avec la plus grande concentration d'Asie

Paysage de savane. L’éléphant reste l’animal roi du Sri Lanka avec la plus grande concentration d’Asie.

L’éléphant reste l’animal roi avec près de 2500 éléphants représentant la plus grande concentration d’éléphants sauvages d’Asie. Le Sri Lanka est ainsi un territoire idéal pour les amoureux de la nature et pour nombre d’agences locales organisant des safaris en 4×4 dans ces parcs naturels.

Eductour Turquoise TO – Qatar Airways
du 9 au 17 novembre 2015

partenaires

Je vous propose à présent le récit de l’éductour (voyage professionnel) auquel j’ai eu la chance de participer du 9 au 18 novembre dernier, organisé par le tour-opérateur spécialiste Turquoise TO et la compagnie aérienne Qatar Airways. Un circuit très complet au rythme intense qui nous a permis d’effectuer plus de 1000 Km sur 8 jours. L’idée n’est pas de vous abreuver de détails historiques et culturels mais plutôt de vous présenter à travers ce voyage un panorama ludique des principaux atouts touristiques de la destination qui s’articulent autour de 4 centres d’intérêt :

-        La région d’altitude de Nuwara Eliya avec ses plantations de thé
-        Le Triangle Culturel délimité par les villes d’Anuradhapura, de Polonnaruwa et Kandy
-        Les parcs nationaux répartis sur toute l’île et dont la faune est variable
-        Le littoral Ouest (Bentota, Negombo) et Sud Ouest (Galle) qui sont les plus touristiques mais également celui de la côte Est qui s’ouvre doucement au tourisme.

Allez, c'est parti pour plus de 1000 Km et 8 jours de circuit !

Allez, c’est parti pour plus de 1000 Km et 8 jours de circuit !

JOUR 1 : COLOMBO – BENTOTA

 

carte-bentota

C’est par la découverte de la capitale Colombo que nous commençons notre périple à la descente de notre avion en provenance de Doha. Grand port de l’Asie, Colombo avec ses 900 000 habitants est de par son passé une cité très colorée aux influences multiples. Diversité que l’on peut observer dans ses rues où se côtoient teloke hindou, église hollandaise, vestiges de l’ancien fort et constructions modernes.

Le palais présidentielle du Sri Lanka à Colombo a des faux airs de la Maison Blanche !

Le palais présidentiel du Sri Lanka à Colombo a des faux airs de la Maison Blanche !

La ville s’avère très agréable, les trottoirs et les rues sont larges, l’espace ne manque pas et la végétation est omniprésente et ce même au cœur de la ville. Cette capitale mérite amplement de s’y arrêter quelques instants pour s’imprégner de l’ambiance très exotique qui y règne.

L'un des monuments à Bentota à la gloire de l'indépendance

L’un des monuments à Columbo à la gloire de l’indépendance

Après une visite rapide de la ville car notre temps est compté, nous prenons le cap vers le Sud de l’île tout en longeant la côte Ouest pour passer notre première nuit à Bentota (à 1h30 de route au Sud de Colombo). La côte Ouest du Sri Lanka rassemble une multitude de village comme autant de promesses balnéaires mais seule Bentota a su véritablement tirer parti de sa très belle plage.

La plage de Bentota à la nuit tombée.

La plage de Bentota à la nuit tombée.

La station est devenue en effet l’une des principales stations balnéaires de l’île mais attention, Bentota n’a rien à voir avec Phuket ou Pattaya. Car au Sri Lanka, même les stations balnéaires ont su resté authentique et à taille humaine (mais jusqu’à quand ?…). En effet, la station balnéaire de Bentota ne comporte sur son bord de mer, tout au plus qu’une vingtaine d’hôtels. Il y règne donc une atmosphère encore empreinte d’authenticité et de convivialité. Dès que vous sortez de votre hôtel, les villages sont restés intactes et la vie locale n’a pas été transformé par l’industrie touristique.

JOUR 2 : LA ROUTE DU THÉ – NUWARA ELIYA

 

carte

Après avoir quitté le littoral et la station balnéaire de Bentota, voici que nous nous enfonçons dans l’intérieur de l’île et les montagnes et commençons notre périple le long de la route du thé pour rejoindre la ville de Nuwara Eliya (6h de route).

Un varan s'invite à la terrasse de notre petit déjeuner : Bienvenue au Sri Lanka !

Un varan s’invite dans les jardins de notre hôtel à Bentota : Bienvenue au Sri Lanka !

Alors que la route ne cesse de grimper depuis le littoral, les paysage de rizières laisse peu à peu la place aux plantations de thé et aux cultures maraichères d’altitude en terrasses (carotte, betterave, choux, poireaux).

Petite halte sur un pont suspendu au cours de notre route pour Nuwara Eliya : Benjamin, notre acompagnateur, chez de produit chez Turquoise TO pose fièrement. La jungle va laisser place aux planations de thé d'altitude.

Petite halte sur un pont suspendu au cours de notre route pour Nuwara Eliya. Benjamin, notre acompagnateur et Chef de Produit chez Turquoise TO pose fièrement. La jungle va laisser place peu à peu aux plantions de thé d’altitude.

C’est un tableau extraordinaire que procure la vision de ces centaines d’hectares de thé aux multiples variantes de verts, le verts le plus clair étant la couleur des jeunes pousses de thé qui sont cueillies à la main par une main d’œuvre exclusivement féminine d’origine tamoule.

Paysage des plantations de thé avec une manufacture en pleine activité.

Paysage des plantations de thé avec une manufacture en pleine activité.

Un séjour au Sri Lanka ne peut se faire sans la découverte de ce qui a fait la réputation du Royaume de Ceylan : le Thé. Le thé a été introduit par les colons anglais mais l’histoire continue toujours puisque le pays se hisse au rang de deuxième producteur mondial, derrière l’Inde. Les plantations couvrent aujourd’hui près de 1900 km² et l’île compte environ 600 fabriques dont une dizaine est ouverte au public.

Les plantations de thé alternent par endroit avec des terrasses où sont cultivées des légumes d'altitude (carottes, betteraves, choux, poireaux)

Les plantations de thé alternent par endroit avec des terrasses où sont cultivées des légumes d’altitude (carottes, betteraves, choux, poireaux) dans une terre ocre très fertile.

Au cours de notre étape nous profitons d’un arrêt pour échanger quelques mots avec des cueilleuses de thé. Elles sont toutes Tamoules donc originaires d’Inde. Elles nous expliquent par l’intermédiaire de notre guide que c’est un travail pénible, le dos constamment courbé, parfois en équilibre car la pente est raide. Elles mâchent à longueur de journée des feuilles de betel ayant notamment la propriété de couper la faim, c’est pourquoi elles ont la langue rouge. Pour ce travail pénible, elles gagnent en moyenne l’équivalent de 4 € par jour pour 10 h de travail avec un seul jour de repos par semaine.

Des cueilleuses de thé qui récoltent les jeunes pousses.

Des cueilleuses de thé tamoules qui récoltent les jeunes pousses. Un travail très pénible pour un salaire dérisoire.

Un travail que plus personne ne veut faire, les enfants de ces cueilleuses qui vont à l’école préférant se tourner vers des métiers moins ingrats. Un problème de main d’œuvre va alors se poser pour ces grandes firmes de thé peu scrupuleuses car les cueilleuses sont de plus en plus vieilles et de moins en moins nombreuses. De plus, la culture du thé à l’image de celle du coton du 19eme siècle est une grosse consommatrice de main d’œuvre. Or, on n’est pas prêt de voir apparaitre des tracteurs ou autres machines sur ces pentes aussi raides. Les grandes firmes de thé devront alors attirer une nouvelle main d’œuvre bon marché au Bangladesh où dans d’autres régions oú la misère ne faiblit pas.

Le thé est séché puis trié sur des trieuses mécaniques.

Le thé est séché puis trié sur des trieuses mécaniques.

Après plus de 4h de bus, nous voici arrivé dans la ville de Nuwara Eliya au cœur des des montagnes toutes recouvertes de plantations de thé. La ville est blottie sur un haut plateau d’altitude à 1900 mètres au milieu des bois et au pied du plus haut sommet du Sri Lanka, le Mont Pidurutalagala (2524 m).

Nuwara Eliya à 1900 mètres d'altitude est entouré de montagnes occupées par les terrasses, les forêts et les plantations de thé.

Nuwara Eliya à 1900 mètres d’altitude est entouré de montagnes occupées par les terrasses, les forêts et les plantations de thé. Un paysage qui ressemble plus à l’arrière pays Niçois par exemple qu’à une île tropicale.

NuwaraEliya était le lieu de villégiature privilégié des colons anglais qui ainsi pouvaient fuir la chaleur tropicale. Il faut dire que le climat est plus agréable qu’en plaine : il fait en moyenne 15°C et les nuits sont fraîches. Il y pleut plus souvent qu’ailleurs, ce qui a valu à cette région le surnom de « Suisse de l’Est ». En été, un brouillard persistant et froid tranche avec la chaleur suffocante et humide du reste de l’île.

La poste de Nuwara Eliya d'architecture so British !

La poste de Nuwara Eliya d’architecture so British !

A Nuwara Eliya, tout y est encore très anglais ! La petite cité arbore toujours sa poste en briques rouges, son grand hôtel est tout droit sortir d’un roman d’Agatha Christie, son terrain de criquets est parfaitement entretenu sans oublier son golf et son hippodrome. De par ses centaines d’hectares de thé à perte de vue, son architecture victorienne et son climat où pluie, brouillard et fraîcheurs sont fréquents, Nuwara Eliya assure un dépaysement total.

Le Grand Hôtel  où aimait se retrouver l'aristocratie anglaise est tout droit sorti d'un roman d'Agatha Christie

Le Grand Hôtel de Nuwara Eliya où aimait se retrouver l’aristocratie anglaise est tout droit sorti d’un roman d’Agatha Christie.

Il est vrai qu’il est tout à fait surprenant se de retrouver à loger dans un hôtel de type chalet de montagnes après avoir quitté quelques heures plus tôt la jungle étouffante avec ses 30°C et ses 80 % d’humidité ! Nous irons même jusqu’à passer notre soirée tous blottis autour d’un feu de cheminée de l’hôtel telle une veillée savoyarde après une journée de ski. Et pourtant, nous sommes bien au Sri Lanka à 700 Km seulement de l’Équateur !

Rien de tel qu'un bon feu de cheminée pour se réchauffer sous les Tropiques !

Notre chalet douillet à Nuwara Eliya. Rien de tel qu’un bon feu de cheminée pour se réchauffer sous les Tropiques !

En 2010 la région des hauts plateaux a obtenu une reconnaissance suprême en intégrant la prestigieuse liste du Patrimoine Mondial de l’UNESCO et élevant ainsi à 8 le nombre de sites classés au Sri Lanka.

Paysage de montagnes dans les environs de. Nous sommes loin de l'image de la jungle tropicale.

Paysage de montagnes dans les environs de Nuwara Eliya. Nous sommes loin de l’image de la jungle tropicale et pourtant nous venons de la quitter quelques heures plus tôt !

Cette inscription vient couronner une fois de plus la grande richesse de l’île en s’ajoutant aux sept autres paradis naturels qui depuis 1982 ont été reconnu et qui sont la cité historique de Polonnaruwa, le Temple d’Or de Dambulla, la vieille ville et les fortifications de Galle, la ville ancienne de Sigiriya, la ville sacrée de Kandy, la ville sainte d’Anuradhapura et la réserve forestière de Sinharaja.

JOUR 3 : KANDY CAPITALE CULTURELLE – TEMPLE DALADA MALIGAWA

 

carte

Après la route du Thé, nous continuons notre route dans ce que l’on appelle communément le triangle culturel du Sri Lanka. Ce triangle est délimité par les villes de Kandy, de Polonnaruwa et d’Anuradhapura et abrite les vestiges de vingt-cinq siècles d’une civilisation et d’une histoire particulièrement riche. Nous quittons les hauts-plateaux et montagnes de Nuwara Eliya pour rejoindre la ville de Kandy (3 h de route), située un peu plus bas (500 mètres d’altitude) et au centre géographique de l’île. Au cours de ce trajet, nous avons eu la chance d’emprunter le chemin de fer sur quelques kilomètres.

Oui, il s'agit bien d'une gare !

Oui, il s’agit bien d’une gare !

Un expérience particulièrement insolite que je conseille vivement. Le train local est tout ce qu’il y a de plus typique : une vieille locomotive des années 30 dont les wagons sont composés de 3 classes. Il ne s’agit pas de monter dans le wagon de première classe – sans intérêt car occupé essentiellement par les touristes – mais bien de se fondre parmi la population locale pour goûter à cette atmosphère irréelle tout droit sortie des films de Bollywood.

S'assoir sur le marche-pied du wagon, portes ouvertes et contempler le paysage qui défile. Une expérience à ne pas manquer.

S’assoir sur le marche-pied du wagon, portes ouvertes et contempler le paysage qui défile, cheveux au vent. Une expérience à ne pas manquer.

Les portes du train restent ouvertes (nous roulons à peine à 40 Km/h) et le jeu est de se faufiler à travers les voyageurs et marchants ambulants pour s’installer sur le marche-pieds, cheveux au vent et ainsi contempler le paysage qui défile lentement dans un brouhaha assourdissant. Dépaysement garanti !

Vue  sur la ville de Kandy avec son lac sacré et entourée de montagnes.

Vue sur la ville de Kandy entourée de montagnes avec son lac sacré.

Après cet intermède ferroviaire, nous arrivons à Kandy.  Cité, région et culture dont le nom signifie « Montagne », Kandy fût la dernière capitale monarchique du royaume de Ceylan (1592 – 1815) avant l’arrivée des Anglais, succédant ainsi à Anuradhapura et Polonnaruwa et reste à ce jour la capitale historique et culturelle du Sri Lanka. C’est également aujourd’hui la deuxième ville du pays. Entourée de collines et aménagée autour d’un immense lac sacré, elle offre un cadre d’une grande beauté.

A Kandy, nous avons assisté à un spectacle de danses locales avec un final spectaculaire, celui des marcheurs sur braises.

A Kandy, nous avons assisté à un spectacle de danses locales avec un final spectaculaire, celui des marcheurs sur braises.

En plus d’être une ville historique majeure, Kandy est un haut lieu de pèlerinage bouddhiste car son temple, le temple Dalada Maligawa, renferme depuis le XVI ème siècle une relique de la dent de Bouddha en personne, conservée dans un coffre comme un véritable trésor.

Le Temple de à Kandy

Le Temple de Dalada Maligawa à Kandy qui renferme la Dent de Bouddha

Les bouddhistes viennent du monde entier pour prier et offrir des offrandes au temple Dalada Maligawa, qui a été inscrit au Patrimoine de l’Humanité en 1988. Les fidèles affluent chaque jour et donnent aux rues de la cité l’allure d’un mouvement perpétuel.

Kandy est un haut lieu de pèlerinage bouddhiste car son temple renferme depuis le XVI ème S. la relique de la dent de Bouddha en personne, conservée dans un coffre comme un véritable trésor (la porte au centre de la photo).

Kandy est un haut lieu de pèlerinage bouddhiste car son temple renferme depuis le XVI ème S. la relique de la dent de Bouddha en personne, conservée dans un coffre comme un véritable trésor (la porte au centre de la photo).

En début et en fin de journée, la pièce qui renferme le coffre de la dent du Bouddha est ouverte aux pèlerins qui peuvent y déposer leurs offrandes. Le temple est alors rempli d’une incroyable ferveur, une cérémonie que tout un chacun peut participer à raison de deux fois par jour.

JOUR 4 : LE LITTORAL EST – PASSIKUDHA

 

carte

Nous quittons la cité de Kandy au centre de l’île pour prendre la direction de la côte Est et rejoindre la ville balnéaire de Passikudha à 5h30 de route de Kandy.  Une route que très peu de circuit proposent. Longtemps fermée à l’activité touristique, la région Est de l’île est encore peu fréquentée par les touristes.

A mesure que nous quittons les montagnes pour les plaines du littoral, les rizières et l’élevage font de nouveau leur apparition.

A mesure que nous quittons les montagnes pour les plaines du littoral, les rizières et l’élevage font de nouveau leur apparition.

En effet, cette région fût pendant près de 25 ans le théâtre d’un conflit entre l’armée cinghalaise et les Tigres tamouls qui a fait des milliers de morts et autant de déplacés. Au cours de notre route, nous pouvons voir défiler des dizaines de maisons abandonnées témoignant de la violence du conflit passé.

La région Est de l'île abrite de grandes prairies où l'herbe grasse fait le bonheur des troupeaux de bovins.

La région Est de l’île abrite de grandes prairies où l’herbe grasse fait le bonheur des troupeaux de bovins.

Autre différence avec la région Ouest de l’île, le paysage est totalement différent. Après avoir quitté la jungle et les montagnes du centre de l’île, voici que nous découvrons un paysage de grandes plaines fertiles qui abritent une végétation moins tropicale et plus proche de nos régions tempérées. Les rizières alternent avec des prairies d’élevage de bovins.

Le temple de Mahiyangana sur la route de Passikudah. Une région où les touristes sont très rares et qui donne le privilège de visiter des sites exemptes de touristes.

Le temple de Mahiyangana sur la route de Passikudah (côte Est). Une région où les visiteurs étrangers sont très rares et qui donne le privilège de visiter des sites exemptes de touristes.

Mais depuis la paix entre les deux partis signée en 2009, la région et surtout son littoral s’ouvrent peu à peu mais surement au tourisme. Il faut dire que celui-ci abrite quelques-unes des plus belles plages du pays dont Passikudah, célèbre pour son rivage, l’un des plus étendus au Monde. Eau turquoise, sable blanc, bain à 30°C et jolis cocotiers : le label « paradisiaque » est accordé ! Les acteurs de l’industrie touristiques ne se sont pas trompés et les projets d’hôtels se multiplient.

icisi45d

L’une des plages de Passikudah sur la côte Est encore préservée de l’industrie touristique. Pas pour longtemps car les projets hôteliers se multiplient.

Ainsi, le Sri Lanka des plages ne se résume plus aux côtes Sud et Ouest du pays. Il va falloir compter avec la côte Est qui devrait dans les années à venir devenir un haut lieu du tourisme balnéaire.

JOUR 5 : POLONNARUWA

 

carte

En ce 5ème jour, nous quittons le littoral Est du Sri Lanka pour prendre la direction de Polonnaruwa (1h30 de route), situé un peu plus dans l’intérieur de l’île et qui représente l’un des sites majeurs du Triangle Culturel Sri Lankais.

Le site de Polonnaruwa est immense avec par endroit des vestiges en cours de rénovation.

Le site de Polonnaruwa est immense avec par endroit des vestiges en cours de rénovation.

La ville de Polonnaruwa succéda au Xème siècle à Anuradhapura dans le rôle de capitale du royaume du Sri Lanka. Polonnaruwa fut le centre rayonnant de l’île, notamment durant les règnes de Parakrama Bahu le Grand et de Nissanka Malla au XIIème siècle. De cette période, il reste des vestiges architecturaux étendus sur une vaste zone de près de 15 Km² !

Ce Buddha affiche une hauteur de près de 15 mètres, taillé à même la falaise !

Ce Bouddha affiche une hauteur de près de 15 mètres, taillé à même la falaise !

Le site est si étendue qu’il est souvent conseillé de le visiter à VTT lorsque la chaleur n’est pas trop étouffante. Comptez un jour entier pour faire le tour de tous les vestiges.

Les singes sont omniprésents sur le site.

Les singes sont omniprésents sur le site.

Il faut dire que le cadre est de toute beauté : les vestiges sont posés au cœur de la jungle avec partout des singes qui déambulent à quelques mètres de vous à la recherche du moindre aliment comestible. Un vrai décor du Livre de la Jungle de Walt Disney ! Polonnaruwa est l’un des plus beaux et des plus émouvants sites de l’île.

Le Budha géant couché de

Le Bouddha géant couché de Polonnaruwa : Le léger décalage entre ses deux pieds a pour but d’indiquer que Bouddha est ici en état de mort cérébral et non en état de méditation.

Un site immense que les pèlerins bouddhistes visitent toujours en nombre. Les stûpas (monument en forme de cône commémorant la mort de Bouddha), tout comme les anciens palais et leurs piscines royales et les quatre statues monumentales de Bouddha taillée à même la roche et hautes de 15 mètres demeurent le passage obligé sur le site de Plonnaruwa, classé au patrimoine de l’Unesco, l’un des 8 que compte le Sri Lanka.

JOUR 6 : SIGIRIYA (Rocher du Lion) – SAFARI PARC DE MINNERIYA

 

carte

Après le petit déjeuner de ce 6ème jour, nous partons pour le site le plus spectaculaire de l’île qui est devenu l’un des symboles du Sri Lanka et que l’on voit partout dans les brochures de voyages : je veux parler de ce Rocher du Lion à Sigiriya, immense monolithe qui émerge de la jungle et qui a des faux airs de Machu Picchu.

Photo de groupe avant l'ascension du Rocher du Lion et les 1200 marches à gravir.

Photo de groupe avant l’ascension du Rocher du Lion et ses 1217 marches à gravir !

Je suis impatient de découvrir ce qui est considéré comme la tour Eiffel du Sri Lanka. Mais pour aborder Sigiriya et son Rocher du Lion, il faut prendre du recul. Du recul visuel pour appréhender la dimension irréel de ce rocher qui culmine à 370 mètres au-dessus du niveau de la mer et de la jungle !

Plus on se rapproche du Rocher du Lion, plus on se demande comment va-ton faire pour le gravir !

Plus on se rapproche du Rocher du Lion, plus on se demande comment va-t-on faire pour le gravir !

On peut l’apercevoir à des kilomètres à la ronde. Puis on entre sur le site, où l’on découvre à ses pieds les vestiges d’anciens palais avec leurs fontaines d’eau qui témoignent d’une parfaite maîtrise de l’eau au 5ème Siècle !

L'ascension vertigineuse du Rocher du Lion

L’ascension vertigineuse du Rocher du Lion.

Passés les bassins et les palais, voici l’ascension de la forteresse édifiée par le roi Kassyapa et elle se mérite ! 1217 marches attendent le visiteur tantôt sur des escaliers en pierres tantôt sur des passerelles métalliques au-dessus du vide où les visiteurs se croisent difficilement. Sensations fortes garanties à déconseiller aux habitués des vertiges !

A mi-parcours, nous pouvons observer de superbes peintures à même la roche, incroyablement bien conservées et représentant

A mi-parcours, nous pouvons observer de superbes peintures à même la roche, incroyablement bien conservées et représentant de magnifiques déesses.

L’ascension qui nécessite 2 h d’effort est en elle-même une aventure inoubliable. En chemin, un escalier en colimaçon permet d’atteindre une grotte recouverte de fresques éclatantes dites des « Demoiselles » représentant des déesses aux seins dénudés d’une incroyable sensualité.

La dernière partie de l'ascension se fait par un escalier métallique étroit à flanc de paroi.

La dernière partie de l’ascension se fait par un escalier métallique étroit à flanc de paroi. Notez au pied de la paroi et de part et d’autre l’escalier les deux pattes de lion sculptées.

Un peu plus haut, la dernière partie de l’ascension s’effectue entre deux gigantesques pattes de lion taillés dans la roche puis après l’effort vient le réconfort du sommet.

Malgré la pluie et les nuages, la vue depuis le sommet sur toute la jungle environnante est superbe.

Malgré la pluie et les nuages, la vue depuis le sommet sur toute la jungle environnante est superbe.

Un sommet aérien recouvert des vestiges de l’ancien palais de Kassyapa (qui s’étend sur 15 000 m²) avec un panorama à couper le souffle sur la jungle luxuriante qui entoure le rocher sur 360 degré. Le Rocher du Lion et on comprend pourquoi est considéré comme la 8ème Merveille du Monde moderne.

La descente nécessite bien sûr moins d'effort mais attention à la sensation de vertige qui se fait plus oppressante car le vide est face à nous.

La descente nécessite bien sûr moins d’effort mais le vertige est encore plus grand car le vide est au retour face à nous.

Après l’ascension inoubliable du Rocher du Lion, notre après-midi est consacrée à la découverte d’un Parc National, celui de Minneriya. On oublie souvent que le Sri Lanka est un véritable sanctuaire pour la faune avec pas moins de 13 parcs nationaux qui sont disséminés sur toute l’île.

Il convient d'être très prudent sur les routes qui longent les parcs nationaux car il n'est pas rare de croiser un éléphant surgir de la forêt !

Il convient d’être très prudent sur les routes qui longent les parcs nationaux car il n’est pas rare de croiser un éléphant surgir de la forêt ! La conduite à suivre ? Éteindre le moteur et attendre sagement que Monsieur retourne dans la forêt !

Au cours de notre trajet entre Sigiriya et le Parc de Minneriya, notre chauffeur pourtant habitué a eu une petite frayeur en voyant surgir de la forêt un éléphant et pas des moindres. Dan ce cas, il faut bien sûr s’arrêter, éteindre son moteur et patienter le temps que Monsieur veuille bien traverser la route rejoindre son habitat naturel !

Il a beaucoup plu les jours précédents notre arrivée au Parc. Par endroit, on se demande si la jeep va passer mais ça passe grâce à au professionnalisme de nos chauffeurs locaux !

Jeep 1 : Il a beaucoup plu les jours précédents notre arrivée au Parc. Par endroit, on se demande si la jeep va passer mais ça passe grâce à au professionnalisme de nos chauffeurs locaux !

Outre les éléphants omniprésents, certains parcs promettent d’autres rencontres : buffles, crocodiles, singes, cerfs, varans, reptiles et près de 200 espèces d’oiseaux dont l’aigle serpentaire. Les voyageurs les plus chanceux croiseront même des léopards notamment dans le célèbre parc de Yala au Sud Est de l’île.

Nous mettrons pas longtemps à repérer un troupeau d'éléphants au bord du lac

Jeep 2 : Nous mettrons pas longtemps à repérer un troupeau d’éléphants au bord du lac.

L’autre avantage des Parcs au Sri Lanka est qu’ils sont tous plus ou moins à portée « de route » où que vous soyez sur l’île. Le Parc de Minneriya n’est d’ailleurs qu’à une petite heure de route du Rocher du Lion. Ce n’est pas le plus grand de l’île mais il est tout de même classé comme l’un des plus beaux par le célèbre guide Lonely Planet pour l’observation des éléphants sauvages. Ce parc de 89 km² contient un réservoir d’eau, bâti au IIIème siècle par le roi Mahasen. Cette réserve d’eau attire de nombreux éléphants, jusqu’à plus de 200, qui viennent s’y nourrir et s’y baigner, surtout entre mai et septembre, pendant la saison sèche. Il est alors très facile de les apercevoir et de les approcher.

Une cinquantaine d'éléphants sauvages sont là paisibles.

Au moins une cinquantaine d’éléphants sont là paisiblement en bordure du lac.

Après une répartition rapide de notre équipe en deux 4×4, nous voici à toute vitesse sur une piste des plus boueuses à la recherche de ces immenses silhouettes. Le cadre est digne des safaris africains : un immense lac est entouré d’une jungle impénétrable, les oiseaux sont là par centaines tel un véritable éden. Il ne nous faut pas longtemps pour rencontrer les premiers pachydermes.

Etonnant spectacle de voir ces deux éléphanteaux jouer.

Étonnant spectacle de voir ces deux éléphanteaux jouer.

En cette fin de journée, tout ce petit monde se donne rendez-vous en bordure du lac. S’il est formellement interdit de descendre du véhicule, les chauffeurs s’approchent au plus près et éteignent alors leur moteur. La vision de ces dizaines d’éléphants sauvages aux abords du lac à la tombée de la nuit est un spectacle inoubliable. 17h45, il est déjà temps de rentrer à la base car le parc « ferme » à 18 h et nos chauffeurs peuvent être privés de permis s’ils rentrent après la fermeture. Les 2 heures de safari sont passés à toute vitesse.

JOUR 7 : DAMBULLA – NEGOMBO

 

carte

En ce dernier jour, nous prenons la direction de la ville de Dambulla qui possède cinq temples rupestres à la gloire de Bouddha. Il s’agit de grottes creusées dans un énorme bloc de granit perché à plus de 160 mètres au-dessus de la plaine.

Le site de Pinnawala est une succession de grottes

Le site de Pinnawala est une succession de grottes dont les entrées ont été protégé plus tard par un corridor aux murs blanc. Des grottes qui recèlent bien des trésors…

Ces temples datent du 1er siècle avant JC et les 5 grottes sanctuaires sont entièrement ornées de peintures murales bouddhistes. Les peintures rappellent les épisodes de la vie de Bodhisattva qui, après avoir cherché à atteindre le « parfait et complet Éveil », deviendra le Bouddha, « un être promis à l’Éveil ».

Le première des grottes abrite un Bouddha géant couché.

Le première des grottes abrite un Bouddha géant couché.

Tout est dans le détail, dans les très nombreuses représentations du dieu : allongé les pieds joints, il dort, les pieds décalés et le ventre gonflé, il est mort et au parinirvâna. Les peintures sont magnifiques et les couleurs sont éclatantes malgré le temps passé.

Autre émouvant spectacle. Des superbes peintures au plafond magnifiquement conservées.

Autre émouvant spectacle, la vision de ces peintures éclatantes au plafond magnifiquement conservées et datant de plus de 2000 ans !

Après la visite du site rupestre de Dambulla, nous quittons définitivement le centre de l’île pour retrouver la côte Ouest et la station balnéaire de Negombo, qui constituera la dernière étape de notre circuit. Negombo est à 37 Km au Nord de Colombo mais à seulement 10 Km de l’aéroport international. En ce sens, cette station balnéaire constitue une étape privilégiée en fin de circuit avant de prendre son vol retour. Il s’agit d’une station très animée qui constitue également un port de pêche.

Dernier selfie souvenir.

Dernier selfie souvenir. Dans quelques heures, chacun aura retrouvé sa région française avec plein d’heureux souvenirs cinghalais dans la tête. Merci à Turquoise TO et Qatar Airways ! :-)

C’est ainsi que se termine ce circuit qui nous a permis de découvrir les principaux visages du Sri Lanka. Un circuit de seulement 8 jours mais qui nous a donné l’impression d’avoir fait plusieurs voyages tant les paysages se sont révélés d’une extraordinaire variété. Un pays qui donne envie d’y retourner avec plus de temps pour apprécier et savourer chaque tableau…

Les hôtels et l’accueil….

Le Sri Lanka dispose d’une hôtellerie diversifiée et de qualité entre écolodges et boutiques-hôtels haut de gamme. La plupart des hôtels haut de gamme disposent d’un centre de SPA. Le pays bénéficie de vraies compétences en matière de savoir-faire, d’accueil et d’infrastructures hôtelières. Quant à la population, elle d’un accueil et d’une gentillesse sans égal.

 Quand y aller…

Le Sri Lanka subit un climat de type tropical, caractérisé par une alternance entre moussons et saison sèche qui diffère selon les régions. Pour profiter au mieux de la côte sud-ouest et du centre, privilégiez la période allant de janvier à avril. Pour le Nord et l’Est, préférez les mois de février) septembre. Les moyennes des températures maximales s’échelonnent entre 29°C et 31°C à Colombo. Comptez au minimum 10°C de moins à Nuwara Eliya (1900 mètres d’altitude), dans la région des plantations de thé.

Le budget…

Au départ de Paris, par personne sur la base d’une chambre double comptez environ 1400 € le circuit classique de 10 jours / 7 nuits en demi-pension en hôtels 3* avec guide francophone et 2000 € le combiné Sri Lanka – Maldives (1 h de vol) pour 5 nuits au Sri Lanka en demi-pension (hôtel 4*) et 3 nuits aux Maldives en hôtel 5* en petit-déjeuner.

En résumé..

Points forts de la destination :

• Extraordinaire patrimoine culturel • 8 sites classés par l’UNESCO • Des sites  de toute beauté qui sont restés authentiques • L’exotisme des plantations de thé, un voyage à remonter le temps • Diversité des paysages sur un territoire si petit : plages bordées de cocotiers, jungles, rizières, montagnes couvertes de thé, forêt de conifères, savanes • Présence de nombreux parcs pour des safaris animaliers • Gentillesse de la population • Absence de mendicité et de grande pauvreté contrairement à l’Inde voisine • Diversité et qualité de l’hôtellerie cinghalaise • La cuisine marquée par les épices et les fruits tropicaux • La qualité et le sérieux des agences réceptives locales pour les circuits • Une destination idéale à combiner avec un séjour balnéaire aux Maldives (à 1h seulement de vol)

Points faibles de la destination :

• Les plages décevantes de la côte Ouest à comparaison avec celles voisines des Maldives

circuits-sri-lanka

Nouveauté 2018/2019

hotel Kappa Club Citrus Waskaduwa 5* – Sri Lanka

Kappa-Club-Citrus-Waskaduwa

Notre avis : Le Kappa Club est situé à 1h30 au Sud de la capitale Colombo et 1h au Nord de Bentota, principale station balnéaire de la côte Sud Ouest du Sri LanKa. Si un séjour au Kappa Club Citrus Waskaduwa 5* peut tout à fait être envisagé dans le cadre d’une semaine de repos clôturant un circuit (le mode incontournable pour découvrir les joyaux si nombreux du pays), il est difficilement concevable d’y séjourner pour un séjour seul. Il n’y a aucun centre d’intérêt dans les environs de l’hôtel et son architecture massive ne donne pas vraiment envie. Quant à l’Océan, il est fortement déconseillé de s’y baigner tant celui-ci est agité avec des courants violents.

 
N'hésitez pas à faire appel à nos conseillères, de véritables professionnelles du voyage.

N’hésitez pas à faire appel à nos conseillères, de véritables professionnelles du voyage.

De retour du Sri Lanka… 5.00/5 (100.00%) 14 votes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>